Article mis à jour le 20/06/2016

Changer sa vie… Vaste sujet ! Combien de fois ne vous êtes-vous pas dit en vous-même : « Aujourd’hui, je change ! », ou encore : « Demain, je modifierai cette mauvaise habitude », ou bien même : « Promis ! Dès que j’en aurai fini avec ça, je changerai! ».

Mais bien souvent, toutes ces belles promesses restent lettre morte…

Pourquoi? Pourquoi la plupart des gens ne parviennent-ils pas à changer leur vie, alors même qu’ils sont emplis de motivation, d’enthousiasme et d’énergie? Pourquoi prononçons-nous de belles résolutions que, malheureusement, nous ne réalisons jamais? Pourquoi nos engagements s’essoufflent-ils toujours ainsi? Pourquoi ne parvenons-nous pas à changer durablement?

Dans cet article, je vous propose de mieux appréhender ce qui se passe en vous lorsque vous êtes confronté à un changement. Je m’efforcerai de vous expliquer pourquoi vous n’arrivez pas à faire évoluer votre vie. Je vous donnerai également une méthode pour réussir à se transformer, que nous soyons confrontés à des changements voulus ou subis.

Comment changer sa vie ?

Le changement est un processus par lequel on passe d’un état A à un état B. C’est une transition, une évolution qui se décompose en plusieurs étapes bien définies, dont la longueur et la durée varient en fonction des individus, des expériences et des circonstances.

Les étapes du changement

Tout changement est difficile. Il est normal qu’aussi peu de personnes parviennent à changer réellement leur façon d’être, de penser ou de faire, car ce processus est long, difficile, et parfois même, douloureux.

On en distingue deux types :

Le changement subi

Parfois, les circonstances, la vie nous imposent des événements que nous n’avons non seulement pas pu anticiper, mais qui sont en plus souvent douloureux, compliqués à accepter : il peut s’agir d’une mutation professionnelle imprévue, d’un problème de santé, ou même encore du décès d’un proche, changement radical s’il en est, état émotionnel extrême et violent qui est une occasion unique de se reconstruire en se transformant.

Dans ce cas, les étapes que l’on traverse sont au nombre de 7:

  • La perte : C’est le point de départ du changement ; Selon les circonstances qui nous touchent, il peut s’agir de la perte d’un travail, d’une reconnaissance, de notre santé ou de celle d’un proche, ou encore, de la perte d’une personne que nous aimons ;
  • Le déni : On est alors dans le refus inconscient de voir le changement : On veut ignorer cet événement qui nous est insupportable, on ne veut pas croire que cela est vrai, que cela va vraiment se réaliser. On se dit pas exemple : « Ils ne fermeront pas vraiment l’entreprise. Dans quelques semaines, il y aura bien une solution. Ce n’est pas possible, de toute façon. » ;
  • La colère : Lorsque nous ne savons plus comment appréhender le changement auquel nous avons à faire face, nous manifestons une forme de révolte, de colère plus ou moins intense ;
  • La dépression : Phase d’abattement et de démotivation, c’est un moment où nous perdons notre énergie ;
  • Le marchandage : Dans cette étape, nous sommes prêt à trouver des solutions annexes nous permettant de mieux appréhender le changement. Il s’agit d’une phase de négociation avec nous-même et avec notre entourage ;
  • L’acceptation : Le changement est enfin accepté, avec toutes ses conséquences possibles. Nous sommes alors prêt pour passer à l’étape suivante : La reconstruction.
  • La reconstruction : C’est lorsque l’on trouve des solutions nouvelles pour mieux intégrer le changement qui s’est accompli dans notre vie.

Tout changement, et en particulier quand il est subi, est une forme de deuil. On doit quitter un état antérieur, en accepter la perte et l’intérioriser afin de passer à l’état de l’acceptation ou de l’accomplissement.

Le changement voulu

C’est lorsque de nous-même, nous décidons de changer quelque chose à notre vie, d’effectuer une transformation plus ou moins importante en nous. Il peut s’agir tout simplement de perdre une mauvaise habitude, mais aussi de se lancer dans un nouveau projet, ou de changer son caractère.

Les étapes de la transformation intérieure sont les suivantes :

5 étapes pour une vie changée et épanouie :

Étape 1: Optimisme mal informé :
Vous voulez faire quelque chose de nouveau. Une nouvelle idée a germé en vous et vous donne beaucoup d’espoir. Vous n’avez aucune idée de la manière dont vous allez pouvoir la mettre en œuvre ni de ses conséquences réelles, mais vous en espérez une amélioration de votre état actuel et cela vous réjouit.

Étape 2: Pessimisme éclairé :
La réalité vous rattrape, le rêve est loin derrière vous. Vous être confronté aux difficultés liées à ce changement, aux efforts à fournir, et l’action vous semble difficile et vous pèse. C’est à cette étape que le pourcentage d’abandon est le plus fort.

Étape 3: Réalisme plein d’espoir :
Vous êtes de nouveau en phase avec la réalité. Vous avez conscience des efforts à fournir pour parvenir à l’état désiré, et vous êtes prêt à l’accomplir.

Étape 4: Optimisme informé :
Les effets bénéfiques du changement commencent à se faire sentir. Vous vous sentez avancer, vous sentez que vous vous trouvez prêt du but.

Étape 5: Accomplissement :
Cet état est heureux et serein. Vous êtes parvenu là où vous vouliez arriver. (… Sauf si vous vous rendez alors compte que ce changement n’était pas exactement celui que vous vouliez).

Tout changement passe par des phases d’inertie, de résistance, d’adhésion puis d’engagement.

Il est donc normal qu’autant de personnes ne parviennent pas changer durablement. En effet, peu d’entre nous ont une vision claire de ce par quoi il va falloir passer pour pouvoir y parvenir.

Et bien souvent, lorsque nous commençons à éprouver des difficultés dans la réalisation de nos projets, nous nous le tenons pour dit et nous n’essayons pas d’aller plus loin, alors qu’en fait, rencontrer de la résistance est bien la preuve de ce que nous sommes en train d’effectuer une transformation efficace… Pas de changement sans deuil, aussi symbolique soit-il !

Les obstacles au changement:

Nous trouvons un avantage à ne pas changer

La plupart du temps, la plus grosse difficulté que nous rencontrons face au changement, c’est que nous ne voulons pas l’accepter. C’est ce qui correspond à la phase de déni évoquée plus haut, mais cela peut s’appliquer aux changements subis comme voulus… Lorsque nous voulons passer d’un comportement inadapté à un comportement adapté, qu’est-ce qui fait que nous rechutons la plupart du temps dans nos mauvaises et anciennes habitudes? C’est parce que nous trouvons un certain réconfort, certains avantages à maintenir notre état antérieur, rassurant et bien connu. Bien souvent, même lorsqu’on a une envie de changer forte, la tentation du retour au confort de l’ancien comportement est bien grande… Mais la plupart du temps, les bénéfices que l’on retire de cet immobilisme, du maintien de cette situation, restent du domaine de l’inconscient.

Les différents avantages d’un comportement inadapté :

  • La sécurité: Cela nous sécurise de maintenir un comportement inadapté, car en agissant ainsi, nous faisons ce que nous avons toujours fait.
  • Le contrôle de la situation: Tant que je continue à me comporter comme de coutume, je maîtrise la situation.
  • L’identité conservée: Je reste fidèle à mon image. Dans tout changement, il nous faut rompre avec nos habitudes, donc avec nous-même… Et si nous n’acceptons pas l’idée de cette rupture, nous ne pouvons pas y parvenir.
  • L’affection des autres: En évitant le changement, on évite la rupture, le rejet.

Il arrive aussi que quand on change on passe d’un comportement inadapté à un autre. Et cela peut faire partie des craintes qui nous empêchent de modifier notre situation.

Par exemple, imaginons la situation d’une personne qui se sent mal dans son couple. Elle a l’impression que ses besoins n’y sont pas comblés. La mort dans l’âme, elle se résout à divorcer. Malheureusement, une fois la rupture consommée, les difficultés s’amoncellent : l’argent manque, la solitude est forte, le thermomètre émotionnel est au plus bas, et il faut s’occuper seul(e) des enfants. Quand enfin la personne refait sa vie avec quelqu’un d’autre, le ciel ne s’éclaircit pas beaucoup : Là encore la situation n’est pas très équilibrée… Pourquoi? Parce que les problèmes qui ont causé l’échec dans son premier couple n’ont pas été résolus à un niveau personnel. Ils existent donc toujours… Et ils sont exportés dans le deuxième couple comme ils le seront dans un troisième ou même un quatrième…

Si en changeant nous nous contentons de fuir nos problèmes, nous ne les résolvons pas.

Les freins au changement :

De nombreux obstacles se dressent devant notre chemin, lorsqu’il est question d’évolution et de transformation. En voici un tour d’horizon :

  • La peur : peur de l’échec, du jugement, de l’insécurité, de l’inconnu, du renoncement.
  • Les croyances : Il s’agit d’idées auxquelles nous croyons dur comme fer, et qui gouvernent notre vie de façon plus ou moins inconsciente. Elles peuvent résulter d’une expérience ou d’une pensée tout à fait personnelle, ou même être un proverbe, une idée commune à laquelle nous accordons un poids, une vérité, et qui pourtant nous freinent dans notre volonté de changement. Par exemple : « On ne connaît jamais vraiment quelqu’un », « On sait ce que l’on perd mais on ne sait pas ce que l’on trouve », « Quelque chose change et tout change », « Ce n’est pas à mon âge que je vais changer », « De toute façon, on ne me changera jamais », etc. Ce type de croyances limitatives va infiltrer l’expérience du changement et en altérer voire en empêcher la réalisation effective.
  • Les limites que nous nous fixons. Il s’agit des barrières que nous posons à nos actions dans notre vie. De la même façon que pour les croyances, nous n’en avons la plupart du temps même pas conscience. Ce sont des idées du type : « Je ne parle jamais à la voisine parce qu’elle ne m’aime pas! », ou encore : « Je ne serre pas la main à mon collègue car il ne veut pas me sourire le matin ». de telles idées nous empêchent d’aller de l’avant en nous limitant dans nos comportements. Il est important d’en prendre conscience afin de pouvoir transformer notre façon d’être.
  • Les valeurs : Les valeurs qui nous guident, qui devraient normalement être nos propulseurs sont en fait souvent (et malheureusement) des freins pour nous de par la mauvaise utilisation que nous en faisons.
  • L’entourage : L’environnement qui vous entoure joue un grand rôle dans notre capacité à évoluer ou non. Souvenez-vous, j’en parlais ici, lorsque nous évoquions un autre changement possible : celui d’arrêter de penser négativement.
  • La mauvaise gestion des émotions (stress, colère…) : Nos émotions, si elles ne sont pas bien appréhendées, peuvent vite nous déborder… Et avoir des conséquences catastrophiques! Si nous ne savons pas gérer nos émotions, nous ne pourrons pas nous maîtriser nous-même, et donc, nous ne pourrons pas véritablement changer.
  • Le refus de la critique et de la remise en question : C’est lorsqu’on ne fait pas la différence entre les difficultés que nous rencontrons et notre propre personnalité. Dans le changement, vous n’êtes pas remis en question de façon personnelle. Ce n’est pas toi qui es en train de mourir, mais un ancien comportement, une ancienne image de toi. Si le changement est mal vécu dans ce cas, c’est parce qu’il est appréhendé comme une perte d’identité, une mort psychologique, en somme.
  • La paresse et la nonchalance ;
  • Les manques : manque d’engagement, d’ambition, de clarté, d’objectif, etc. ;
  • Le découragement : Lorsqu’on ne voit les choses qu’à court terme, on ne ressent que les inconvénients du changement, pas encore ses avantages qui n’apparaîtront qu’avec le temps et une certaine persévérance.

Si changer sa vie est difficile, c’est parce que nous avons été éduqués à éviter la souffrance à tout prix… Or, si se transformer passe toujours par une forme de douleur temporaire, en choisissant l’immobilisme plutôt que le changement, on paye le prix le plus fort : celui d’une vie entière de médiocrité et de non-dépassement de soi. Dans ce combat qui se livre entre désir d’évoluer et angoisse inconsciente de changer, nous livrons une lutte contre nous-même.

Le résultat de ces freins, ce sont les conflits internes : lorsque la personne est tiraillée entre un besoin de changement et un frein important.

Finalement, avoir des freins, c’est accepter d’en avoir. C’est adopter un état d’esprit qui cultive les limites partout où il peut les saisir. Reconnaître la présence de ces obstacles inconscients et les bannir, c’est déjà un premier pas vers le succès. Si nous changeons notre état d’esprit, nous pouvons transformer tous nos freins en « carburant propulseur ».

Changer sa vie pour réussir à évoluer

Source de l’image : Death to the Stock

 Comment réussir à changer sa vie efficacement et durablement

  • Prendre une réelle décision.  Prenez une résolution ferme, sur laquelle vous ne reviendrez pas : Interdisez-vous de retourner en arrière ! C’est la clef de votre succès.
  • Avoir un « Pourquoi » fort. Le changement voulu doit advenir à un moment où vous n’en pouvez plus de votre situation. Un moment de souffrance tel que vous n’avez pas d’autre choix que de changer. Il peut s’agir de vos enfants (« Quel exemple suis-je pour mon fils/pour ma fille? »), de votre santé (« si je n’arrête pas de fumer, si je ne maigris pas, je cours à la catastrophe… »), ou de toute autre chose d’une importance vitale dans votre existence.
  • Avoir un objectif clair. Sachez clairement ce que vous voulez.
  • S’engager. Écrivez votre objectif, couchez-le sur le papier! Encadrez-le et relisez souvent votre objectif. Parlez de votre projet de changement à des personnes qui comptent pour vous. Cette forme d’engagement envers vous-même et envers votre entourage vous boostera dans la réalisation de votre changement.
  • Procéder par petits pas. Même si vous croyez qu’il serait bon que vous modifiez beaucoup de choses dans votre existence, n’ayez pas les yeux plus gros que le ventre. Commencez par un petit changement dans votre vie, réussissez-le, et cela vous donnera des ailes pour procéder aux autres choses que vous voulez changer dans votre vie.
  • Avoir une stratégie détaillée. Pour pouvoir réaliser au mieux votre objectif, ayez une idée claire des actions nécessaires à sa réalisation. S’il le faut, planifiez-en l’exécution sur un agenda! Suivre une stratégie point par point est un excellent moyen pour, petit à petit, changer votre vie. Agissez! Posez des actes dans la réalité, et vous verrez votre changement s’accomplir petit à petit devant vos yeux.
  • Ne jamais se décourager. Vous rencontrerez des difficultés, sur le chemin rocailleux du changement, parfois même, vous renoncerez… Provisoirement. Mais relevez-vous toujours! Acceptez votre faiblesse tout en la combattant : ne faites de ce que vous pensez être un échec ni un sujet de regret, ni une occasion d’abandon. Donnez-vous la permission de vous tromper. Plus vous agissez, plus vous passez d’un comportement inadapté à un autre, plus vous serez riche d’enseignements et de connaissances.
  • Bien s’entourer. Je ne le dirai jamais assez: entourez-vous des personnes qui vous font du bien, qui se tournent vers le futur pour vous, qui sont dans l’action, et fuyez les personnes toxiques.
  • Ne pas attendre de résultat. Cela peut sembler paradoxal, mais il s’agit-là d’une clef importante de votre succès. Soyez sûr que vous retirerez toujours du positif de votre expérience. Tout changement prend du temps, et chaque étape peut durer plus ou moins longtemps d’une personne à l’autre. Mais ne vous focalisez pas sur le résultat attendu. Braquez votre attention en revanche sur la réalisation de vos actions quotidiennes. Si votre objectif est de perdre 5 centimètres de tour de taille, contrôler chaque jour votre perte de poids ne vous aidera pas… Bien au contraire, cela risque fort de vous décourager. En revanche, félicitez-vous à chaque fois que vous réussissez à renoncer aux choses qui vous tentent : Cette résistance est la meilleure preuve de ce que vous êtes parvenu à changer ! Envisagez les événements d’une façon constructive. Comprenez-le : Il n’y a aucun échec et aucune réussite dans notre vie. Tout simplement des expériences qui nous apportent du feed-back. Quand je vis des difficultés sur le plan professionnel, au lieu de me lamenter, je me demande quel parti je peux en prendre pour être plus performant demain. Notre expérience se modifie suite à la disparition des notions d’échec et de réussite : Il n’y a plus d’échec. Il n’y a qu’un résultat. Il ne reste que cette notion d’expérience dont je peux tirer des enseignements.

L’échec n’existe pas. Il n’y a ni échec, ni réussite. il y a juste un résultat.

La boîte à outils du changement réussi

Lisez ce qui va suivre attentivement : je vous livre ici le résultat de mon expérience de coach: Les secrets pour un changement réussi existent… Changer votre vie est à votre portée! Il s’agit d’outils d’une efficacité redoutable pour peu qu’on les connaisse et qu’on sache les manier…

Pour réussir à changer :

  • Greffez votre changement sur une habitude déjà existante. Si vous devez adopter une nouvelle habitude, commencez par faire la liste de ce que vous faites déjà, tous les jours, quotidiennement, sans jamais y déroger. Vous sortez la poubelle, vous vous brossez les dents trois fois par jour, vous racontez une histoire à vos enfants chaque soir, que sais-je, il y a des dizaines de choses que vous faites systématiquement sans forcément en prendre conscience. Faites ce que vous avez à faire à la suite de cette habitude déjà prise. Le changement en sera plus facile !
  • Usez et abusez de la visualisation. Chaque jour, trois fois par jour (par exemple, juste après vous brosser les dents 😉 ) imaginez que vous AVEZ changé. représentez-vous votre état d’homme (ou de femme) neuf, d’être nouveau, débarrassé de ses mauvaises habitudes, d’être qui a obtenu une grande victoire sur lui-même en changeant. Ressentez l’émotion de fierté, de plaisir vous envahir. Imaginez le regard des autres sur vous maintenant que vous n’êtes plus le même. Cultivez cet état au repos, les yeux fermés, pendant plusieurs minutes, tous les jours et sur la durée… Vous serez surpris du résultat!
  • Changez vos représentations mentales. Nous l’avons vu lorsque nous avons évoqué les freins possibles au changement, l’inconscient joue un grand rôle… Mais s’il peut être un grand limitateur, il peut également se révéler être notre plus grande force, pour peu que nous sachions l’utiliser à bon escient. Observez-vous de l’intérieur lorsque vous êtes joyeux ou lorsque vous êtes déprimé. Comment vous sentez-vous? Quelles images mentales vous traversent l’esprit? Quelles couleurs ont-elles? Quels sons entendez-vous? Est-ce votre voix qui vous fait des reproches ou qui vous félicite? Est-elle douce ou forte? Agréable ou désagréable? En observant le processus interne par lequel vous vous découragez ou au contraire vous vous remotivez, vous accéderez à une des plus grandes clefs qui soit. Vous vous sentez triste? Adressez-vous à vous-même comme vous le faites lorsque vous êtes joyeux! Vous n’avez plus envie d’avancer, vous trouvez que tout est trop dur? Redressez vos épaules et regardez en l’air avec fierté, comme vous le faites lorsque vous avez réussi quelque chose. N’oubliez pas: VOUS êtes le maître de vous-même. D’autres ont changé avant vous, alors pourquoi pas vous? Vous pouvez reprendre le contrôle, vous avez tous les moyens… Notre inconscient est parfois arc-bouté sur la répétition des scénarios passés.  Or, en changeant votre état d’esprit, vous changerez les connexions mentales de votre cerveau. Vous modifierez votre état neurobiologique. Si vous êtes déprimé depuis 20 ans, changer du jour au lendemain ne vous sera pas possible : depuis 20 ans, votre esprit aura appris à être déprimé. Des connexions neuronales se seront établies qui facilitent votre dépression. Pour enrayer votre état, il vous faudra changer là-haut. Il vous faudra décider que vous n’établirez plus les mêmes connexions que par le passé et pratiquer chaque jour un état d’esprit heureux qui vous permettra petit à petit de créer de nouvelles connexions du bonheur…
  • Imitez ceux qui ont réussi ce que vous voulez entreprendre ! Je prends un exemple… Vous voulez maigrir? Interrogez un ami à vous qui a déjà perdu une quinzaine de kilos sans les reprendre, demandez-lui comment il a fait, observez sa façon de manger, son rythme, ses habitudes alimentaires, sa façon de se tenir et de parler, et… Copiez-le! Vous pouvez aussi vous imprégner de la vie de quelqu’un qui est parvenu à créer une entreprise à succès par exemple, si tel est votre but, en lisant la biographie d’hommes de talents, en visionnant leurs conférences sur Youtube, etc. Le tout est réellement de baigner dans l’atmosphère que ces personnes ayant réussi dégagent afin de pouvoir copier leur comportement, leurs attitudes jusqu’à ce que vous parveniez à votre but.Dressez le portait robot de la nouvelle personne que vous serez quand vous aurez changé. Imaginez sa façon de parler, de se mouvoir, de penser, de réagir… Et imitez-la !
changer sa vie est possible

Licence Creative Commons
« Ma santé naturelle au printemps » de La Vie Epanouie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.
Fondé(e) sur une œuvre à https://www.lavieepanouie.com/wp-content/uploads/2016/03/untitled-infographic.jpg.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à https://www.lavieepanouie.com/me-contacter/.

Changer sa vie : une transformation totale

On ne solutionne pas un problème avec le même esprit qui l’a créé. Si vous voulez réellement changer, votre transformation devra être totale.

Explorer les sentiers étroits du changement et de l’équilibre pour changer sa vie n’est pas toujours facile… Pour vous accompagner, je ne peux que vous encourager à demander de l’aide à quelqu’un. il peut s’agir d’une personne de votre entourage qui a réussi un changement important dans sa vie, ou encore d’un spécialiste, d’un éducateur, d’un coach… Pourquoi tous les grands sportifs et les grands managers ont-ils un mentor? Parce que c’est la solution la plus efficace pour vous accompagner dans un changement sur la durée…

Pour bien choisir la personne qui vous accompagnera, il vous faut établir des critères : cette personne me renvoie-t-elle à mon potentiel de guérison, à ma propre conscience ? Va-t-elle interpréter à ma place ? Me maintient-elle dans la dépendance du savoir qu’elle détient ou met-elle sa connaissance au service de ma propre évolution et va-t-elle m’apprendre à décoder progressivement le sens de ce qui m’arrive ? Trouvez quelqu’un qui vous aidera à prendre votre destinée en mains, à trouver en vous-mêmes les points de repère, à vous donner les moyens de prendre votre autonomie sans faire les choses à votre place.

Pour un changement tranquille et durable, vous pouvez aussi découvrir mon livre gratuit : 10 jours pour changer de vie. Et pour une transformation de votre vie, faites-vous accompagner par quelqu’un qui vous aidera à maintenir votre objectif dans la durée et qui vous guidera dans sa réalisation, afin que vous retrouviez le contrôle de vous-même et de votre vie. 

Et vous, êtes-vous parvenu à changer votre vie ? Faites-moi part de vos plus belles réussites dans les commentaires !

 

Veux-tu une Vie plus Épanouie?

- Je vais découvrir les 10 stratégies pour devenir plus heureux 

- Les  7 étapes clefs pour être moins stressé

- La stratégie à adopter pour devenir la meilleure version de moi-même! 

Oui, je veux rejoindre le mouvement des passionnés qui veulent vivre une vie plus épanouie !

 

You have Successfully Subscribed!